21 septembre 2005

Un nouveau jeu fou-fou-fou


Amie lectrice, ami lecteur, cher Guy,
En préparation, une nouvelle rubrique. Vous allez bientôt pouvoir jouer votre vie de maître de conférences sur quelques décisions audacieuses. Vous l'aurez compris, vous trouverez bientôt ici un nouveau jeu fou-fou-fou . Vous commencez jeune doctorant et plein d'allant. Nul ne sait comment vous finirez et quel sera le résultat de votre confrontation aux forces du mal, dirigées secrètement par le dieu Antarès.

Je vous livre en exclusivité la couverture de ce nouvel épisode de la série "Un livre dont vous êtes le héros". Ce nouvel opus est intitulé :
"Le maître de conférences
des Ténèbres
de la Crypte magique"

et fait partie intégrante d'une nouvelle collection "Thésard Solitaire", chez Folio Junior bien-sûr.
La couverture vous est livrée en exclusivité ci-contre... (cliquez dessus pour une version aggrandie).

16 commentaires:

Co-hab a dit…

Je m'identifie déjà à fond au personnage : j'ai un peu les mêmes oreilles.

Anonyme a dit…

Et est-ce qu'il y en a un qui raconte l'histoire d'un thésard qui n'est même pas maître de conf ?
Là, ça serait plutôt "le livre dont vous êtes le looser"!

Zaza a dit…

Ah, zut, j'ai oublié de signer mon message... Alors... Comment on fait ?
Ah, voilà... Le message d'avant est aussi de moi. Pardon pour la fausse manip'

Anonyme a dit…

Cette publicité du Centre Médical Ronflements est déconcertante en effet. Je n’y vois pour ma part qu’une explication : vous avez malencontreusement ouvert votre blog à l’esprit vivant d’Antares. Quelles tables avez-vous fait tourner pour générer ces lettres qui ne nous protégeront qu’à grand peine d’improbables Philippins ? Malheureuse ! Les conséquences sur nos âmes en sont imprévisibles, je vous avais pourtant prévenue !

Car c’est bien Antares qui cherche ici à communiquer, les signes n’en sont maintenant que trop clairs. Ainsi ce Xdlwyte que le générateur de lettres me renvoie en pleine face. Pourquoi précisément Xdlwyte et pas Q!gkùbpo ou encore Waùmpiutàçr ? Admettez tout de même que c’est troublant !

Xdlwyte, réfléchissez… Exdelwite ? Xedelwyte ? Cela sent déjà avouez-le son petit prénom moyenâgeux d’épopée chevaleresque, de quoi faire se pâmer à coup sûr l’écrivaine à chapeaux (pardonnez ces mauvaises lectures). A moins que ce ne soit simplement : Edwige.

Edwige, c’est bien ça ! Edwige, dont on a privé en des temps reculés le fougueux et fringant Antares, au profit de je ne sais quelle union plus princière (Antares disons le n’avait pas son PhD, ce qui pour une Ladurée n’était guère acceptable). Et vous croyiez peut-être qu’il allait se consoler avec une vague hôtesse Ikea, aussi souple fut-elle ? Mais c’est vous qui rêvez, ma jeune amie !

Privé à la fois d’Edwige et de PhD, Antares s’en prit violemment au petit monde universitaire : il jura une fois pour toutes que si on ne l’y avait pas recruté, on n’y recruterait plus désormais avec la moindre logique (on lui avait refusé rappelez-vous son étude de la sous-représentation féminine des tournois de chevalerie, au vague prétexte qu’il n’y citait pas Giddens).

Mais n’allez pas croire que ma communication avec Antares s’arrête là. A peine avions nous parlé de Guronsan qu’Antares me dit : Uiyhonm (j’ai noté oui ces précieuses formules, je ne voulais pas vous priver de mes palpitantes découvertes).

Uiyhonm, c’est évident ! Le Guronsan, tout ce stress, et Uiyhonm ! En n’oubliez pas le lettrage, qui a son importance : Uiyhonm en lettres mauves, non pas étrangement étirées comme à l’ordinaire, mais légèrement ondoyantes. Un Uiyhonm mauve qui ondoie, cela signifie : essaie plutôt la méditation transcendantale ducon ! Seulement Antares n’est pas du genre à se trémousser sur Oooooooooommmmmm avec Ginsberg ou un autre, alors il écrit Uiyhonm, ce qui ne trompe bien entendu personne (à vous, il conseille plutôt apparemment d’arrêter de ronfler).

Et lorsque je commence à me demander si je n’inspire pas après tout à Antares une sympathie de bon aloi dans la perspective d’un hypothétique recrutement en section 04, il affiche sans ambages : Dugncq ! C’est tellement clair que j’en reste bouche bée (j’ai hésité un instant entre Dugenoux et Ducon).


Antonin

Anonyme a dit…

Antonin, t'es pas drôle....

Clara a dit…

Bonjour,

Quel plaisir de trouver des blogs de thésards.Etant moi-même thésarde en littérature anglaise (4ème année!), je serais ravie de lire d'autres blogs et de communiquer avec d'autres thésouilleurs et thésouilleuses en lettres et sciences humaines!! On désespère, on invente, on trouve, mais non ce n'est pas le royaume de la lose...

machiavel007 a dit…

Donc pour l'anonyme commentaire qui a suivi celui d'Antonin, la réponse serait plutôt "ducon"...

Guillaume a dit…

J'ai hâte de pouvoir jouer! Est-ce qu'on pourra tirer les oreilles à son directeur de thèse?

@ Clara : Bravo pour la solidarité! Et les thésards en chimie alors!!! ;-)

machiavel007 a dit…

Techniquement, tirer les oreilles de son directeur de thèse peut vouloir dire deux choses: vous perdez des points de sympathie parce que, quand-même, vous avez un geste déplacé... ou vous perdez des points moral, parce que vous voyez que votre petit geste amical n'est pas suivi de retour...
Mais je vais avoir un peu de mal à arranger tout ça techniquement... avec l'automatisation du comptage des points d'endurance, de sympathie, de compétence, de réseaux. Je pense que vous allez prendre un papier et un crayon...comme au bon vieux temps.

Guillaume a dit…

OK, alors je triche un peu et je retourne au paragraphe précédent ( duquel j'ai sournoisement gardé la page comme à mon habitude gniark! gniark!)et là je choisis : "Vous faîtes une grimace amusante à votre directeur de thèse" (c'est sympathique ça,non? et en plus quand on fait une grimace amusante c'est qu'on a le moral!)

machiavel007 a dit…

et là, votre directeur de thèse vous regarde et vous dit: "mon pauvre ami, si c'est avec vos grimaces ridicules que vous comptez m'appitoyer sur votre sort... C'est la fin de l'aventure universitaire pour vous. Mais vous vous engagez alors dans la comédie et faites un spectacle de mime hilarant avec Didier Gustin à l'Olympia avec qui vous travaillez désormais en binome. Alors, heureux ?"
(moi aussi je trichais)

machiavel007 a dit…

je crois qu'Antonin est irrémédiablement vexé ...

Clara a dit…

A Guillaume. Je n'ai rien contre les thésard(e)s en chimie. Il se trouve jsute que les thésard(e)s en sciences dites 'dures' sont plus souvent fédérés en laboratoires et sont beaucoup plus souvent en lien les uns avec les autres. La situation est très différente pour les chercheurs en lettres et sciences humaines qui sont souvent beaucoup plus isolés (une bonne partie d'entre enseigne dans le secondaire et travaille sur la thèse qaund faire se peut). Difficle dans ces conditions d'aller boire un café au troquet du coin pour discuter de nos hypothèses respectives. Donc, je réitère mon appel: si vous tombez sur des blogs de chercheurs en lettres, langues et sciences huamines, je veux bien un lien dans ma boîte mail, et plus si affinités!

Pas de panique pour les scientifiques: je pense à vous aussi et prie pour tous les thésards tous les jours.

Clara

machiavel007 a dit…

Clara, il se trouve que les thésards en sciences humaines sont aussi des "scientifiques" :-)Mais pour le reste, je suis plutôt d'accord avec toi...

guillaume a dit…

A mon avis, c'est plutôt Didier Gustin qui serait heureux! Mais j'aime les histoires qui se terminent bien...

@ clara : si tu ne l'as pas déjà fait, tu peux jeter un coup d'oeil à ma liste de blogs amis : Zaza, Yohann, la marmotte et les autres seront ravis de discuter avec toi.

Anonyme a dit…

Il existe vraiment un livre de ce genre intitulé "Un livre dont vous êtes l'intellectuel" de Michel Biron et Pierre Popovic aux éditions FIDES (1998) Le joueur incarne un jeune étudiant dans les années 60. Au premier paragraphe il doit choisir son "directeur de conscience" (Barthes, Bourdieu, Picard). Le but est d'obtenir un poste au "Collège d'Europe".