03 janvier 2006

Ma grand tournée mondiale

Janvier commence, et après les propos rassurants de mon ex-directeur de thèse, je dois postuler pour des post-docs. Je l'aurais fait de toute façon et j'ai déjà cherché, bien sur, mais je ressens comme un besoin irrésistible de me trouver un point de chute pour septembre prochain, une fois que ma 2e année d'ATER aura expiré. Date limite de consommation du docteur en France: 8 mois après la thèse. Après "passe ta thèse d'abord", nous voici donc à "trouve toi un post-doc avant de revenir en France". Pleine d'énergie et d'entrain à l'idée de repartir à l'étranger pour un an, je me voyais déjà un peu (en haut de l'affiche) en train de monter un projet de Grande Odysée, façon Nicolas Vannier. A moi les étendues sauvages de l'Amérique ou du Grand Nord canadien. Voyons voir... biologie moléculaire, mmmh... medical school... mmmh... Modulation des afférences spinales durant la distension gastrique proximale... mmmh non, distale j'aurais candidaté tout de suite, mais proximale, ça a l'air chiant, c'est le cas de le dire.
Trois petits tours et puis s'en vont plus tard, voilà le résultat de mes recherches sur Internet. Sur environ 200 offres de post-docs... 185 sont réservés aux sciences dites "dures". Parmis les 15 offres restantes, 7 autres sont sous condition de nationalité (être américain en l'occurance), 5 ne sont pas dans mon domaine, et 3 sont bien pour MOI! Vous autres, bas les pattes !
Alors "oui" je veux participer aux activités du centre de recherche et je veux organiser plein de choses pour vous et appeler des amis pour leur dire de vous faire de la pub. J'anime des Bar Mitzvah, des fêtes de l'Aïd, des communions, des baptême. TOUT! Je sais tout faire et je suis super motivée. Et en plus j'ai un super CV et un super projet de recherche. Et en plus, je suis hyper rigolotte, et je socialize super bien. Bref, je fais où on me dit de faire. Donc, trois lettres de recommandations... fastoche,... un projet, ... ayai, un CV... itou. Et j'envoie le tout... avant le... euh... le... 31 octobre. Et nous sommes le... 3 janvier. Donc. Euh. Si je me rappelle bien, au 31 octobre, j'étais encore en train de rédiger les 50 dernières pages de ma thèse. Deuxième essai... Le projet, le CV, parfait. Les lettres de recommandations... "les lettres de recommandations doivent nous parvenir pour le... 6 janvier." Grumpf... Donc euh, là il faut que je demande à 3 personnes en général très occupées de me faire une lettre de recommandation en anglais pour le jour même... lettres qu'elles enverront elles-mêmes, sur papier à entête et en chronopost pour qu'elles arrivent le lendemain à la fac américaine concernée. Ben voyons. Et euh, troisième chance... Le CV, la deadline, le projet, tout fonctionne. Incroyable ! Après 5 jours passés sur le net à trouver le post-doc idéal, le voilà enfin! Pas de condition de nationalité, parfait! Oh, et puis maintenant que je le vois, ce projet, il est bien mieux là que dans les deux autres universités qui finalement étaient vraiment merdiques, il faut bien l'avouer. Donc projet, blabla, "Il suffit juste... d'avoir moins de...... 30 ans". C'est fou ce que depuis quelques années je n'ai pas vu le temps passer... Visiblement, à 31 ans, mon cerveau est périmé et hors d'usage.
Et voilà. J'avais voulu faire ma Grande Odysée, et je vais me retrouver à faire la tournée des fellowships de bibliothèque, payée au mois, pour un mois, sans prise en charge des transports, avec présence obligatoire 28 jours sur 30 et publication escomptée à la fin du mois, le tout pour 1800 ou 2000$ au maximum. Sans les taxes. Je vais donc planifier mes grandes dates de tournées... De Septembre à Octobre, en Pennsylvanie, de Novembre à Décembre, à Boston. Rien en Janvier, et puis reprise en Mars, au Canada ou ailleurs.
Ma Grande Odysée va ressembler à la Tournée internationale de Franck Michael ou d'André Rieu. Pourrait-on alors dire avec le célèbre violoniste, que ça serait un peu le "Paradis", "Mein WeihnachtsTraum" ? (parfois, je me dégoute).
"Bientôt près de chez vous, la thésarde masquée! Après des conférences remarquées en Province et un voyage d'un an en Amérique, elle nous revient, plus déterminée que jamais." (en fond musical, musique du Titanic) Y'a des jours comme ça où j'envie Céline Dion, qui a trouvé un super post-doc à Las Vegas, très bien payé en plus. Bienvenue dans le monde de la disco-recherche-mobile !

8 commentaires:

Anonyme a dit…

Bonjour,
Je lis votre blog avec beaucoup d'intérêt depuis quelques semaines.
J'ai 33 ans, je suis ingénieur en informatique et j'ai longtemps rêvé de faire une thèse...l'envie m'a passé depuis quelque temps je ne sais pas trop pourquoi...
Enfin si, j'ai pris conscience de la vie de galère d'un docteur en France!

J'aime beaucoup votre sens de l'auto-dérision.

Bon courage en tout cas, et au plaisir de vous (te?) lire.

Patrice, Rennes.

Bocca della Verità a dit…

Salut à toi Machiavel007,
guidé vers ton blog par mon oracle multiplex, je viens déposer à tes pieds mes vœux pour l’année 2006. Et, si grande est ma mugnificience, je te propose aussi une solution terriblement alternative pour ton post-doc. C’est simple : fais ton coming-out ! Déclare officiellement et en public —par exemple lors d’un séminaire en renversant un pot de rillettes avariées sur la tête de ton ex-directeur de recherche— que tu adhères sans réserve au programme de l’Axe du Mal qui fabrique tout le temps des armes de destruction massive et qui fait rien qu’à embêter les gentils du monde.
Alors, pourvu qu’il reste un peu de place dans les avions, s’ouvriront devant toi les portes de la "University of Guantanamo Bay". Là, dans un cadre convivial en même temps qu’austère, propice donc, aussi bien à la méditation qu’à la socialisation tu pourras, dans une ambiance de saine émulation, perfectionner ton bagage linguistique sans, bien sûr, rien perdre de vue de la plus brûlante actualité politique. Et quand tu reviendras de ce post-doc sans pareil (non inutile de lire à ce sujet les articles 666-A à D du protocole ; ceux qui sont imprimés en corps 2 en bleu baveux sur fond gris vert), quand tu reviendras, disais-je, tu connaîtras la gloire, le mandarinat, la puissance sans limite du directeur de recherche.

Bocca della Verità.

L’avenir appartient à ceux qui se thèsent tôt.

RX a dit…

Apparemment, la tournée mondiale s'arrête à l'Alpe d'Huez.

ampelite a dit…

je me rends compte que je suis tout bonnement devenue accro à ton blog, puisque je passe tous les jours vérifier si tu n'as pas posté de nouvelle note. pire: chaque jour, ma déception grandit. donc ça y est je suis une lectrice assidue!
"passe ta thèse d'abord", certes, mais voilà maintenant que tu as passé ta thèse, ce blog disparaitra-t-il? j'espère que non!!
à bientot, jespère

kiara a dit…

Ah ben non, il ne va pas disparaitre, la vie commence à peine avec le postdoc... hein ?

aca a dit…

C'est pas très optimiste, le post-doc, Kiara!
On suivra tous avec grande attention la merveilleuse aventure des qualifs et la course au poste pour septembre prochain...

Anonyme a dit…

à moins qu'il ne faille procéder à un enterrement en belle et due forme de la vie de doctorant, en fondant un nouveau blog?

machiavel007 a dit…

Vais-je devoir passer ma vie à vous rassurer, amis lecteurs ? NON, ce blog n'est pas mort. Il prend son temps... :-) J'ai juste dormi 43 jours d'affilé depuis la soutenance. Il paraît que c'est normal.