14 décembre 2010

"De bon aloi..."

Aujourd'hui, j'ai tapé "d'abord" dans Google, allez savoir pourquoi. En fait, je sais pourquoi. J'avais oublié comment ça s'écrivait en fait... parfois j'ai des absences. La dernière fois, c'était avec le mot pansement. On m'a dit que ce n'était pas très grave et qu'il faudrait que je m'inquiète quand ça m'arrivera avec le mot haricot. Bref, je tape "d'abord" et je suis tombée sur mon propre blog, dont j'avais un peu oublié l'existence, il faut dire. Visiblement, on est plus de 10% de visiteurs ici à être arrivés là comme ça et croyez-moi, je n'en retire aucune fierté.

Bref, qu'il fait bon se replonger par hasard dans les méandres des mots-clefs qui ont mené des cohortes de visiteurs égarés jusqu'ici. Nul doute que ceux-ci auront trouvé leur bonheur dans ces quelques billets ci-dessous, tous plus instructifs les uns que les autres. Mais, allant de surprises en surprises, je me rends compte que ce blog vit sa propre petite vie de petit blog, et qu'il colle manifestement à de grands thèmes d'actualité, surtout en cette période de soutenances frénétiques. Il est une sorte de Tamagoshi qui se nourrit des requêtes les plus variées, qui, lorsqu'elles ne recherchent pas la compagnie de Maître Capelovici sur des adverbes pourtant courants de la langue française, s'arrête encore pour voir si, par hasard, au détour d'un billet, je ne donnerais pas par hasard la recette d'un médicament artisanal plus puissant que le Guronsan. "Oui, parce que bon, c'est que je rends ma thèse demain moi, qu'il me reste encore 167 pages à écrire et que je n'ai pas dormi depuis 4 jours". Si vous comptiez m'impressionner, eh bien, c'est raté, mon jeune ami/ma jeune amie.
Voici donc les tendances de l'hiver 2009-2010 (oui, car le saviez-vous, votre carte d'étudiant en doctorat vous permet normalement de bénéficier des réductions étudiantes chez Quick, chez Subway et au cinéma jusqu'à mi-décembre au moins sans renouveler votre inscription. Si ce n'est pas une raison suffisante pour faire une thèse ça...

Notre sélection de requêtes de la semaine donc...:
- comment garder le moral quand on cherche un emploi thèse (On ne peut pas. Ne cherchez pas, non, ne cherchez pas)
- guronsan périmé (j'en ai, j'en ai, il m'en reste et c'est du bon... rdv place de Stalingrad demain à 2h30 du matin.Je porterai un jambon de Bayonne à la boutonnière)
- finir sa thèse (mais oui, mais oui, on dit tous ça)
- line renaud poème de grand corps malade (pour mettre en exergue ? Est-ce bien nécessaire?)
- formules de félicitations pour thèse (un grand classique, vous pourriez vous renouveler!)
- j'ai fait l'amour avec mon directeur de thèse (La, on ne sait pas trop si c'est pour s'en vanter ou pour le regretter... enfin, ça aussi, un grand classique)
- pommettes saillantes (un directeur de thèse aux pommettes saillantes ? Laissez-moi réfléchir...)
- frères Bogdanoff menton avant (selon eux et d'après Darwin, ils s'adapteraient plus rapidement que les autres humains... encore faudrait-il trouver à quoi!)
- photos cochonnes de Michel Daerden (amis belges, bonjour! je crois que cette requête est le signe criant que le courant surréaliste est encore très vivace en Belgique)
- je hais mon directeur de thèse (oui, c'est normal, après vous allez haïr votre thèse, chaque carte postale que vous écrirez, puis vous-même. Vous en avez au minimum pour 20 ans de thérapie. On ne vous a pas prévenu quand vous avez payé vos droits d'inscription ?)
- c'est très bien passé soutenance de thèse (là, vous avez oublié le début "chère maman, ça...")
- "J'vais les piler demain au criterium" (des fans des Bronzés font du ski...ça serait marrant que votre jury vous répondre, le jour de votre soutenance, "ah, désolé, on n'a pas déclenché le chronomètre, il va falloir recommencer". Un conseil tout de même, faites pas l'malin avec eux. Il est peu probable que vous ayez un jury de 5 "Gigi" devant vous le jour venu).

Bon et tiens, j'avais envie de terminer ce billet sur une la pensée du jour, histoire de rendre ce blog instructif.

"Le saviez-vous? Maître Capelovici lit le braille et était un excellent pongiste.

9 commentaires:

Julio a dit…

Ce qui a de bon dans la rédaction de l'ouvrage qui détruit notre vie c'est quand ça se termine enfin. Après vient un sentiment de vide lorsque la soutenance s'achève... Mazo peut être...

Julie a dit…

Chouette, vous êtes de retour !..Dites, vous l'êtes ? Non, parce que moi j'ai pas fini ma thèse, je dois commencer à rendre des pages demain, je ne sais pas si ma Xième réinscription a été acceptée, La Grosse Feignasse a fermé boutique depuis un bail...alors il me faut un support pour procrastiner solidaire ! (Sinon, restent les blogs de tricot...S'te-plaît-revenez !).

machiavel007 a dit…

Sentiment de vide ? Heureusement qu'on nous oblige à publier! Je le savais que c'était pour notre bien!

Mais oui, je suis là, voilààààà, je suis lààààà, tout va bieeeen...

Anonyme a dit…

Haha, en plein travail de préparation au concours de l'agrégation (Bac +5 inside) je googlise "d'abord" parce que j'ai un gros doute sur son orthographe. Et me voila sur ton vieux blog que je me ferais un plaisir de lire aprés mon travail, séduit par ce premier paragraphe. Qui sait si je ne vais pas décider de passer ma thèse d'abord. ^^
Amicalement.

machiavel007 a dit…

Tu ferais mieux de te chercher un vrai boulot. Faignasse de futur fonctionnaire. T'en n'as pas marre de creuser la dette publique ?
:-)

El Ultimo Bastardo a dit…

Tiens donc ...Raymond Bellour ! Je l'ai eu comme prof !
Sinon je l'ai soutenu ma thèse ! Y a un moment déjà mais bon je ne suis pas si sur que cela me serve tant que cela !
Mais bon j'dis ça, j'dis rien hein !

Etrange ...le mot de vérification est Chmok !!!!

machiavel007 a dit…

Chmok :-)) Très bon ça (merde, je comence à parler comme dans la pub "très bon ça coco!")

Anonyme a dit…

Salut,

Je viens de taper d'abord dans Google, et je suis donc tombé ici (premier résultat!)
Pour la peine je met ce blog dans mes bookmarks tiens!

raph a dit…

Je viens d'avoir une absence, moi aussi, ce qui est embêtant vu que je suis en train de faire de la relecture, et je suis retombé sur ce blog que je lisais, de son vivant.